Vivre l’amour et une sexualité normale en étant handicapé

par CHARLOTTE BONNARD

Les relations amoureuses chez les personnes handicapées

A l’heure de Meetic et autres sites de rencontre qui vantent les mérites de l’amour en ligne, il semblerait que trouver son âme sœur soit devenu un jeu d’enfant… Effet marketing ou réalité, il est dur de faire la part des choses. De plus, certains sites se spécialisent, afin de trouver plus facilement les personnes qui peuvent être « compatibles » et proposent par exemple des services spécifiques aux végétariens, écolos, seniors, en fonction de la ville,…

Dans cette effervescence romanesque, quid des relations amoureuses pour les personnes handicapées ? En effet, lorsque l’on aborde le sujet du handicap, on parle souvent de sujets qui sont directement liés au handicap en lui-même, tels que l’accessibilité, l’aménagement de la maison, le regard des autres… mais pas forcément des choses de la vie dont nous faisons tous l’expérience : séduction, amitié, relations amoureuses, sexualité… Enquête.

Lorsque l’on est atteint d’un handicap, il est souvent difficile de faire « le premier pas » car on a peur de la réaction des autres, de leur regard, de leur compassion, de leur incompréhension… Comment cela se passe-t-il alors quand on aborde la question des relations amoureuses, qui nous rendent encore plus vulnérables. Depuis quelques années, nombreux sont les articles qui tentent de montrer que oui, quand on est handicapé, moteur ou mental, on a un cœur, des sentiments, une sexualité.

Quand Cupidon vous tombe dessus…

La relation quand on est handicapé ou avec une personne handicapée n’est jamais simple, et on peut se heurter à de nombreux obstacles qui vont mettre à l’épreuve votre amour : réactions négatives des entourages respectifs, réflexions mal placées (« ce n’est pas avec lui que tu risques d’avoir un enfant » revient souvent), gêne en public… De plus, il ne faut pas que l’aide psychologique soit la clé de voute de la relation amoureuse, mais bien vos deux personnalités.

Les clés d’une relation saine et équilibrée : rien de bien nouveau, les rapports humains restent toujours relativement similaires, et ce sont la patience, l’attention et votre amour qui seront à même de construire une relation de confiance qui vous rendra épanoui (e).

Le saviez-vous ? Dans les sites de rencontre sur internet, un petit dernier est né, à l’attention des personnes en situation de handicap. Il s’appelle idylive.fr et est spécialisé dans les relations amoureuses entre personnes handicapées, ou entre les personnes handicapées et personnes valides.

La controverse autour de l’accompagnement sexuel

Mais au-delà des relations amoureuses, un problème revient régulièrement sur la place du débat public : la sexualité des couples handicapés. En France, le sujet semble encore tabou : l’accompagnement sexuel. L'idée est simple, il s'agit de professionnelles ou de volontaires qui sont prêt(e)s à avoir des relations sexuelles (ce qui inclue de la tendresse, de la compassion, etc) avec les personnes en situation de handicap. En quoi un massage sensuel ne pourrait pas être reçu par ces personnes ? Chez nos voisins (Belgique, Pays-Bas, Allemagne), de telles mesures ont déjà été mises en place, et ce dans un cadre médico-social. Et vous, qu’en pensez-vous ?

On se rend bien compte, qu’handicapé physique ou mental, la question des relations amoureuses et/ou sexuelles pour les personnes handicapées reste un sujet épineux, tant pour les personnes qui sont atteintes d’un handicap que pour leur entourage. A ce titre, le cinéma cette année a mis en lumière des destins bouleversants qui permettent de faire réfléchir sur le sujet. Par exemple, « De rouille et d’os » met en avant l’histoire d’une femme handicapée suite à un accident de travail, qui se retrouve sans jambes du jour au lendemain, tombe amoureuse, et sa relation chaotique (qui finira tout de même bien) avec la personne qu’elle rencontre. Ensuite, le film « Hasta la vista » reprend le parcours de 3 jeunes hommes handicapés qui partent à la recherche de leur première fois. Le cinéma, en route pour promouvoir une vie sexuelle « normale » pour les personnes handicapées ?