Scolarité : que savez-vous du quotidien des personnes en situation de handicap ?

par CHARLOTTE BONNARD

C’est bien beau de parler de l’insertion des personnes en situation de handicap grâce à l’information, à coup de conférences sur les handicapés, d’études, de sensibilisation dans les écoles… Mais quid de la gestion des connaissances pour les personnes handicapées elles-mêmes ?! En effet, l’école est un droit pour chacun d’entre nous, mais il semblerait qu’il soit au final plus ou moins aisé d’y accéder en fonction de notre situation. L’école française est-elle une bonne élève en la matière ?

Les portes des salles de cours ne sont pas toujours aux normes pour les fauteuils roulants, les micros des amphithéâtres grésillent et sont inaudibles pour les malentendants, absence de manuels écrits en braille, nombre insuffisant d’éducateurs pour accompagner les élèves en situation de handicap… La liste est longue et incomplète pour énumérer tous les problèmes qui se posent à l’école. Pourtant, dans la loi de 2005 sur l’égalité des droits et des chances, il y est notifié que la scolarisation est un droit fondamental. Regardons de plus près comment l’école accueille les enfants en France, puis l’enseignement universitaire ses étudiants.

La scolarité jusqu’au bac

Quand on est un élève en situation de handicap, la scolarité peut revêtir plusieurs visages : bien sûr elle représente un lieu de connaissance et d’apprentissage, mais c’est aussi un vecteur de stress et de mal être pour l’enfant. En effet, le contact avec les autres enfants peut se révéler difficile : peur d’être rejeté, encadrement insuffisant, regard des autres…

Il faut savoir que pour la scolarité d’un enfant handicapé, de nombreuses options existent :

Les chiffres clés de la scolarisation des enfants handicapés :

Etudiant & handicapé, dans la jungle des amphis

Comment faire pour se déplacer à l'école

Dans l’enseignement supérieur, on note souvent le manque d’efforts des établissements en raison de manque de budget ou de priorités différentes. De plus, le corps professoral semblerait manquer de sensibilisation au sujet, et le rythme de cours est peu adapté pour des personnes handicapées. En effet, les changements réguliers de salles ne facilitent pas la tâche, de même que les horaires qui peuvent ne pas concorder avec les séances chez le médecin, la rééducation… Faire un constat, oui, mais quelles pourraient être les pistes d’amélioration ?

Et pour glaner quelques conseils pour les étudiants qui font leur rentrée universitaire, rendez-vous sur le site de l’ONISEP, qui fourmille d’informations sur les conditions d’accueil dans l’enseignement supérieur.

Cependant, il reste encore beaucoup d’améliorations à réaliser avant de se trouver dans une situation satisfaisante, et on est loin de l’école parfaite où les élèves et étudiants handicapés peuvent suivre leurs cours comme une personne valide. De plus, au-delà des efforts matériels à faire pour facilité l’accès à la connaissance, l’apprentissage et la formation, c’est aussi une aide psychologique qui est nécessaire pour surmonter l’épreuve que présente la scolarité pour les personnes handicapées. Et si l’on parle ici d’un soutien par exemple à l’aide de psychologues ou tout autre professionnel, il s’agit aussi que chacun d’entre nous fasse un effort, afin que tout au long de son apprentissage, une personne handicapée puisse apprendre dans les meilleures conditions et se faire des amis, comme tout enfant ou étudiant le ferait. Car c’est aussi à l’école que l’on crée certaines de ses plus belles rencontres et amitiés.