Kinésithérapie : une palette d’outils pour vous remettre sur pieds !

par STEPHANE MILLET

Nous sommes allés à la rencontre de T.Biason et N.Cardonne, masseurs kinésithérapeutes diplômés d’État, à Côté Kiné (Toulouse). Ces derniers ont partagé avec nous leur vision du rôle du kinésithérapeute dans le traitement d’un mal de dos (trouble musculo-squelettique) chez les patients.

Leur point de départ est qu’il y a souvent plusieurs solutions pour une même pathologie d’où l’importance d’une bilan de la personne afin d’adapter la thérapie au bénéficiaire. Chaque patient est unique et il faut se méfier de ce que l’on peut lire sur Internet. Ce qui a marché pour une personne ne constitue en rien la norme. En réalité il faut être à l’écoute du corps et du patient tout en les observant.

Que penser de la physiothérapie ?

Le recours au froid, au chaud ou encore à l’électricité peut parfois paraître un peu farfelu pour le patient. En effet, se faire accrocher des électrodes ne donne pas l’impression d’avoir été pris en charge. Et puis si vous allez chez le kiné, c’est surtout pour qu’il vous masse pas vrai ?

Souvent décriée (car elle n’a pas encore fait l’objet d’étude statistique sérieuse), il est en réalité difficile d'isoler le rôle effectif de la physiothérapie. Elle est appliquée combinée à d’autres traitements : on appelle cela la multithérapie, et c’est indispensable pour traiter le patient. Une chose est sûre en revanche :

« L’électrothérapie est elle bel et bien efficace. Les ondes courtes et infrarouges sont des thérapies avancées technologiquement. Il est probable qu’il n’y ait pas encore d’étude mais cela ne veut pas dire que cela ne marche pas, loin de là » s’accordent les deux professionnels que nous avons interrogés.

Ces derniers ajoutent que pour être efficace, il est nécessaire de faire suivre la physiothérapie par une séance de massage. Avec la « physio », on prépare en fait la phase suivante : le massage. Il est nécessaire de mettre les muscles en condition.

La pratique du massage et la fasciathérapie

Dans un cabinet de kinésithérapie, on est amené à rencontrer divers types de profils : du grand accidenté de la route au cadre actif hyper stressé par son métier. Dans les deux cas les massages sont un contact naturel qui s’avèrera souvent très efficace pour lutter contre les douleurs.

Aucune étude statistique ne peut l'affirmer évidemment parce que chaque client est différent et qu’il est primordial d’adapter le massage à la pathologie du bénéficiaire.

Il existe différents types de massages pouvant aller du massage relaxant, délassant au massage tonifiant pour les sportifs par exemple. La mobilisation se fait dans tous les cas au niveau musculaire et des fascias.

Le toucher d’expert du kinésithérapeute lui permet de repérer rapidement les zones de tensions musculaire et divers blocages. Par de simples pressions (cf Points de Trigger), le praticien peut rendre sa mobilité et sa malléabilité à votre dos, tout en produisant une extrême détente, en toute sécurité.

Le stress est évacué, les tensions musculaires, les douleurs cervicales et lombaires avec. Que demander de plus ?

La thérapie par le mouvement : la manipulation articulaire.

Étant donné que "kinéthérapie" vient du grec kinêsis qui signifie le « mouvement », le kinésithérapeute s'applique également à mobiliser les articulations atteintes par la douleur. Il obtient ainsi des réductions de déplacement osseux pouvant être très douloureux, notamment au niveau des vertèbres ce qui est primordial afin que le mal de dos ne s’aggrave pas.

Le travail effectué avec le patient comprendra à ce titre des étirements dans le but de redonner de la souplesse à la structure vertébrale.

Il est important de faire confiance à ces professionnels qui savent mieux que quiconque lire les signes qu’envoient votre corps : douleurs lors de mouvements, une mobilité réduite etc.

Le renforcement musculaire via des exercices mécanisés.

Les séances de kinésithérapie sont souvent prescrites après un choc violent, un accident, une fracture. Les facteurs ci dessus ont pour effet une immobilisation qui peut être relativement longue, ce qui entraîne mécaniquement une fonte musculaire pouvant à terme causer des douleurs dans le dos en déséquilibrant la structure de la colonne vertébrale.

La machine utilisé par les kinésithérapeute

Les exercices de musculation pratiqués sous les ordres du kinésithérapeutes visent ainsi à renforcer la musculation profonde autour de la colonne vertébrale contre le mal de dos mais également de tous les membres du corps humains. En fin de compte, tous les muscles profonds de notre corps sont en relation avec ceux de la colonne vertébrale. Il faut donc rechercher l’équilibre musculaire (ni trop, ni trop peu) afin de protéger la colonne.

Divers exercices sont connus comme ceux avec le ballon pour travailler l’équilibre. Le renforcement musculaire en général est travaillé avec des exercices de gainage, d’abdominaux, de course à pieds, etc.

Très au fait des nouvelles technologies, de plus en plus de cabinets ont recours à des machines pour faire travailler leurs patients. Certaines d’entre-elles, impressionnantes si elles en sont, peuvent représenter un véritable investissement. Développées en collaboration avec des professionnels reconnus, l’efficacité des machines telles que le Huber LPG est redoutable pour soigner tout types de pathologie dont le mal de dos évidemment. Cela permet de cibler efficacement la musculature profonde en faisant travailler simultanément le haut du corps (force avec les bras) et le bas du corps (compense avec les jambes) comme le montre la photo ci-côté.

T.Biason et N.Cardonne le confirment. L’assistance via des machines ultra développées a deux avantages principaux : le traitement est très efficace et il est également ludique ce qui permet une meilleure implication du patient.

Dernière confidence faite par nos hôtes du jour, ils insistent énormément sur l’aspect social de la kinésithérapie. Le relationnel est primordial avec les patients d’abord pour les mettre en confiance mais également pour être capable d’établir un diagnostic grâce aux informations que l’on dévoile lorsque les langues se délient. « Pffiiooou, ce divorce, j’en ai plein le dos », voilà par exemple une cause de stress pouvant vous faire souffrir du dos. Il est primordial de parler avec les patients, de les mettre en garde contre les dangers du quotidien et de leur montrer des gestes de prévention.

Autre élément qu’il faut garder en tête, la complémentarité de la kinésithérapie avec toutes les autres professions.

« Ça se complète vraiment bien. Si la structure osseuse n’est pas bonne, le kiné ne pourra pas grand chose. L’ostéopathe aura lui en revanche plus de clefs en main ».

De la même façon, les rôles du podologue et du posturologue sont primordiaux pour analyser d’éventuels maux liés aux membres inférieurs. Qu’importe ce que l’on peut entendre sur le caractère irrationnel de certaines méthodes, si le yoga, l’homéopathie ou même les recettes de grand-mères vous soulagent, pourquoi s’en passer ?!

Avec la collaboration de Nicolas Cardonne

Nicolas Cardonne Masseur Kinésithérapeute à Toulouse (31), au cabinet de kinésithérapie "Côté Kiné". Mon ambition est de mettre en place une approche kinésithérapique à la fois humaine et en continuelle formation.

Avec la collaboration de Thibault Biason

Thibault Biason Masseur Kinésithérapeute à Toulouse (31), au cabinet de kinésithérapie "Côté Kiné". Passionné de rugby, je travaille régulièrement dans le milieu sportif.