Dormir ? Oui, mais pourquoi ?

par STEPHANE MILLET

Le soir, après une dure journée de travail, vous rentrez chez vous et réalisez que vous avez encore un tas de choses à faire : la lessive, les courses et le repas (mais vous le ferez en même temps que les devoirs des enfants...). Face à des rythmes de vie si effrénés, une seule chose peut vous sauvez : une bonne nuit de sommeil ! Mais pourquoi est-ce que le sommeil est votre allié contre la fatigue ? La réponse paraît évidente : « On se repose ! ». Mais essayons ensemble d’aller encore un peu plus loin dans la réflexion en essayant de comprendre pourquoi avons-nous sommeil et pourquoi dormir nous repose. C’est parti !

Le cycle du sommeil fait partie de l’homme !

Vous avez sûrement remarqué que le jour vous êtes actif et qu’à la nuit tombée vous avez envie de dormir. Et ceci vaut pour bien des situations. Même si vous travaillez de nuit, votre corps aura besoin d’une période plus ou moins longue d’adaptation. Lorsque vous vous couchez plus tard qu’à l’accoutumée après une longue soirée, même constat, vous êtes décalé. Mais décalé par rapport à quoi ? Nous sommes habituellement calés sur deux cycles internes qui régulent notre activité. D’une part le cycle homéostasique et d’autre part le cycle circadien (oui, n’ayons pas peur des mots peu connus !) :

Ces deux éléments biologiques font que la fatigue se fait ressentir différemment à divers moments de la journée. De même, il y a même des phases différenciées de sommeil, chacune étant nécessaire à la régénérescence du corps.

Un sommeil à deux vitesses pour plus de réconfort

Dans une première phase, notre sommeil est dit lent puis il s’accélère, on parle alors de sommeil paradoxal.

À la fin de cette phase, le corps est comme neuf ou presque ! On remarque d’ailleurs que la reconstruction des cellules, plus active durant cette phase du sommeil, permet une meilleure cicatrisation de la peau la nuit.

Sur le plan émotif enfin, cette partie de la nuit est nécessaire pour rétablir l’équilibre. Si la morosité et l’irritabilité sont signes de fatigue chez les enfants, la nuit fait bien souvent des miracles pour les retrouver calmes et apaisés le lendemain.

La nuit porte-t-elle réellement conseil ?

Réviser ses cours avant de dormir, bon pour la mémoire ou non ?

L’activité du cerveau pendant la journée est primordiale pour emmagasiner des informations. Votre cerveau est soumis à des milliers d’informations allant du prix de l’essence qui augmente toujours plus, à la campagne de publicité qui ne vous a pas plus à la télé après la météo.

Parmi toutes ces information, vous comprendrez que tout n’est pas bon à garder et rapidement d’ailleurs, vous oubliez ce genre d’éléments. Et bien les chercheurs mettent en cause le cerveau lui-même qui, la nuit, ferait un tri des informations bonnes à garder.

L’explication de ce phénomène reste encore assez floue pour ces derniers mais il est bien vrai que la nuit porte conseil si on se fie à cette théorie. Ainsi lorsqu’on rabâche aux futurs bacheliers de réviser avant de s’endormir (« on retient mieux »), il y aurait un peu de vrai. Reste à savoir si l’empreinte laissée par une information dans le cerveau s’évapore à court terme ou non.

Le sommeil est un élément essentiel pour le bon fonctionnement de notre corps et malheureusement, on fait une croix dessus au lycée. La meilleure façon pour s’en rendre compte est donc d’essayer d’améliorer ses nuits et observer des résultats sur la santé.

De nombreuses techniques existent pour optimiser son sommeil, notamment les somnifères. Mais les méthodes les plus naturelles seraient tout de même préférables. Si vous n’êtes pas satisfait de vos nuits (courtes, agitées, entrecoupées de phases de réveil), pourquoi ne pas tenter la luminothérapie ? En stimulant votre système hormonal, ces lampes remettraient à l’heure votre horloge biologique au plus vite !

Sources internet :