Connaissez-vous tous les troubles du sommeil ?

par STEPHANE MILLET

Pour une majorité de personne, le sommeil est une délicatesse, et pourtant il est bien nécessaire. Dire que notre corps est inactif pendant la nuit est une fausse-idée. En réalité l’activité du cerveau reste tout de même importante selon les phases de sommeil. Et souvent, vous pouvez le remarquer sur vous-même ou votre conjoint, la nuit on bouge. Certains tombent même du lit ! L’ensemble de ces aléas de la nuit est scientifiquement regroupé sous le nom de troubles du sommeil et certains y seraient plus sensibles que d'autres.

Certains d’entre eux peuvent être particulièrement handicapant voire dangereux donc il faut y être sensible afin de limiter leur fréquence au maximum !

Le syndrome le plus connu : l’insomnie

Vous en souffrez peut-être depuis que vous êtes jeune mais l’insomnie est une pathologie qui touche surtout les femmes et dont la proportion augmente avec l’âge. Il en existe 3 types. Soit vous avez du mal à vous endormir, soit vous avez tendance à vous réveiller très tôt sans jamais pouvoir retrouver le sommeil par la suite. Autre alternative, l’insomnie chez certaines de ses victimes se déclenche en plein milieu de la nuit. Comprenez que les dernières heures où vous avez enfin réussi à trouver le sommeil seront bien moins reposantes qu’il ne le faudrait. Les causes de l’insomnie sont nombreuses : jambes sans repos, stress, anxiété, etc.

Que faire ? Consultez un médecin généraliste qui pourra identifier votre type de pathologie et vous fournir le traitement le plus approprié, éventuellement des somnifères. De façon plus générale, éliminez les excitants 2h avant le coucher. Votre alimentation doit être mesurée (ni trop, ni trop peu) et ne pas comporter trop de caféine ni de soda. Évitez également une pratique exacerbée du sport le soir.

Le rêve des insomniaques : l’hypersomnie

À l’inverse certaines personnes ne parviennent pas à se réveiller comme ils le devraient. Quand on y réfléchit, d’un point de vue extérieur à la chose :

« Ce n’est pas si grave de trop dormir, au contraire ! »

Mais en réalité, vous n’êtes pas plus reposé pour autant.

Les scientifiques parlent de troubles du réveil ou d’hypersomnie (« trop dormir »). Ces phénomènes peuvent se produire la nuit mais également le jour. C’est le cas notamment des personnes suivant un traitement pouvant entraîner des somnolences.

Cela peut aussi provenir d’une anomalie du rythme circadien (horloge biologique) qui vous fatiguerait extrêmement. Vous avez donc besoin de dormir et cela peut créer des somnolences au cours de la journée.

Que faire ? Consultez un professionnel bien sûr ! Si vous avez tendance à consommer de l’alcool, il serait conseillé de réduire fortement sa consommation. En parallèle, il faut veiller à se coucher et à se lever à des heures fixes afin de rééquilibrer votre horloge biologique tant que faire se peut. Enfin, avez-vous déjà essayé les cures de luminothérapie ? Elles seraient très efficaces !

Endormissements intempestifs : la narcolepsie

un cas de narcolepsie

Un cas particulier de l’hypersomnie est la

narcolepsie

. Les personnes qui en souffrent ont tendance à s’endormir n’importe où, n’importe comment. Vous comprenez dès lors la gêne occasionnée si le sommeil vous prend tout à coup au travail et que vous ne pouvez rien faire pour lutter... Attention tout de même aux légendes urbaines qui circulent : on ne s’endort pas pour autant en un claquement de doigts !

Cela reflète souvent un manque de sommeil la nuit lié à divers troubles comme l’insomnie. Le jour, la fatigue étant extrême, il n’y a d’autre solution que de s’endormir. Et cette phase de sommeil comporte la particularité d’être un sommeil lourd et profond. On parle de sommeil paradoxal qui peut entraîner des rêves ; cette phase est atteinte au bout de 90 minutes de sommeil en tant normal alors que le narcoleptique peut rêver en un quart d’heure !

Que faire ? Des traitements existent et pourront vous être prescrits par votre médecin. Du Midiodal ou de la Ritaline pourront vous aider à lutter contre les somnolences mais le docteur vous donnera aussi une multitudes de conseils pour mieux dormir la nuit, afin d’éviter les endormissements intempestifs la nuit.

Des réveils en sursaut qui ne s’expliquent pas

Il y a aussi des personnes souffrant elles de réveils intempestifs durant leur sommeil.

Ronflement et apnée nocturne

La respiration peut être un des troubles importants du sommeil. Le corps étant dans un état de relaxation extrême, les tissus du palais et de la luette vibrent lorsque vous inspirez puis expirez. Ainsi vous ronflez et vous faites souvent pas mal de bruit autour de vous !

Les chiffres annoncent que les ronflements dégagent généralement autant de décibels le bruit qu’une voiture... Sympathique pour la personne qui partage votre lit douillet vous l’aurez compris.

L’autre trouble de la respiration est l’apnée nocturne ou hypnopée. Vous arrêtez de respirer temporairement (une dizaine de seconde), puis recommencez à respirer normalement. Elle ne vous réveille pas forcément mais entraîne une dégradation de la qualité du sommeil qui se ressent ensuite sur votre concentration et votre humeur la journée.

Que faire ? Des traitements médicamenteux existent pour les ronflements mais leurs résultats sont parfois peu concluants. Les interventions chirurgicales au laser (retrait d’une partie de la luette) ou par radiofréquence le seraient, et réduisent les tissus du palais et donc les vibrations.

Si vous souffrez de troubles du sommeil donc, vous savez que les médecins généralistes sont votre premier recours. Ils seront à même de vous soigner, ou de vous réorienter vers des professionnels qualifiés. Nous vous conseillons de façon générale de vous lever et coucher à des heures aussi fixes que possible et de faire attention à votre hygiène de vie. Ce sont deux astuces qui pourront déjà améliorer le sommeil de plus d’un(e) !

Sources internet :