Accros au tabac, avez-vous pensé aux médecines douces ?

par CHARLOTTE BLOT

On sait qu'arrêter de fumer du jour au lendemain, avec sa volonté pour seule alliée, conduit souvent à l'échec : des statistiques évaluent à 3% la proportion d'ex-accrocs au tabac y étant parvenu. On sait également que les médicaments anti-tabac et les produits de substitution à la nicotine ont des effets secondaires. Mais les médecines douces n'ont pas fait l'objet d'études dans le cadre du sevrage tabagique. Pour de nombreuses personnes, elles auraient des effets positifs sur l'arrêt de la cigarette. Alors pourquoi ne pas envisager de se tourner vers elles ?

Les plantes

des tisanes pour lutter contre le tabac ?

Elles sont réputées très utiles pour atténuer les effets désagréables du sevrage tels que l'irritabilité et l'anxiété. Par exemple, la menthe poivrée, à boire en infusion, apaiserait les maux de tête liés au manque, améliorerait la circulation sanguine, et calmerait les nerfs. Elle participerait ainsi à la détoxification de l'organisme.

Dans de nombreuses médecines traditionnelles, on utilise le ginseng pour mieux supporter les symptômes de manque car il est réputé favoriser le bien-être et l'équilibre. Cependant, il pourrait aussi causer des troubles du sommeil. Certains conseilleront donc éviter la consommation avant d'aller dormir.

A l'inverse, la verveine a la réputation d'aider à bien dormir, mais ses principes actifs aurait aussi la propriété d'agir sur le système nerveux, et de favoriser la relaxation physique et psychique. Soit, exactement ce dont une personne dépendante du tabac a besoin durant les premiers jours du sevrage tabagique !

La valérianea elle l'avantage de donner mauvais goût à la cigarette et par conséquent elle peut aider à diminuer peu à peu la consommation de tabac. On en trouve sous forme de gélules, comprimés, tisanes ou infusions.

Les cigarettes de plantes peuvent contenir du trèfle, de l'eucalyptus, du noisetier, de la menthe poivrée, etc. Elles atténuent les symptômes de manque en permettant aux ex-fumeurs ou fumeuses de reproduire les perceptions sensorielles du tabagisme. Un substitut au tabac donc mais s'agit-il là de meilleures pratiques ? Demandez l'avis de votre médecin pour connaitre ses recommandations quant à votre situation individuelle. Chaque cas est en effet différent.

La méditation

Comme la plupart des gens en Occident, vous vous voyez mal en tailleur pendant une heure à vous concentrer sur votre respiration ou sur un mantra. D'ailleurs vous n'en avez pas le temps. Mais le temps dégagé par l'abandon de vos nombreuses cigarettes va enfin vous permettre d'essayer. Le matin en vous levant, ou en fin de journée, installez-vous confortablement, dans un endroit calme, fermez les yeux et respirez profondément.

Pour débuter, concentrez-vous sur votre souffle, peut-être constaterez-vous un sifflement ou un encombrement des voies respiratoires : cela devrait renforcer votre détermination à arrêter de fumer. Après une semaine d'entraînement, pourquoi ne pas choisir une phrase adaptée aux circonstances, comme "je suis fort sans tabac" ou "je respire mieux qu'avant". Rechargez-vous en inspirant sur la première partie de la phrase, et expirez sur la deuxième partie.

Les exercices de méditation participerait grandement à réduire le stress et renforceraient la volonté. Les dernières recherches sur le sujet ont été menées avec des moines bouddhistes, experts dans ces pratiques. Il s'avère qu'ils parviennent à contrôler des zones du cerveau qui nous échappent habituellement, et qui régissent les défenses immunitaires. Trop tôt pour conjecturer sur une action positive de la méditation sur le système immunitaire, mais certains chercheurs se penchent sur la question.

L'hypnose

L'état d'hypnose rendrait les personnes plus sensibles aux conseils donnés à voix haute par l'hypnothérapeute. Il s'agit une nouvelle fois de renforcer leur détermination à arrêter de fumer, pas de la créer de toute pièce. Donc, pour essayer cette méthode, il faut d'abord vous efforcer de comprendre pourquoi vous fumez et pourquoi vous voulez arrêter. Ensuite, vous devrez vérifier la réputation de l'hypnothérapeute avant la consultation.

Normalement, le traitement se déroule sur plusieurs séances : la première consultation peut-être gratuite, et sert à identifier votre degré d'addiction, pour mettre au point un programme d'arrêt du tabac.

L'acupuncture

Cette médecine d'origine chinoise consiste à piquer de fines aiguilles sur des points spécifiques, reliés aux différents organes et aux différentes zones du cerveau. Ainsi, l'acupuncture est théoriquement capable d'inhiber les récepteurs de nicotine d'une part, et d'atténuer les symptômes de manque d'autre part. Elle a intégré de nombreux programmes d'arrêt du tabac réputés efficaces.

Là encore, le traitement présente l'avantage de s'étaler sur plusieurs séances, ce qui implique de poursuivre les efforts jusqu'à la séance suivante. Le sentiment d'être suivi et encouragé qui s'ensuit ne peut être que bénéfique.

Cependant, ces types de traitements relèvent plus du soin complémentaire que du traitement de fond pour arrêter de fumer, en particulier dans le cas des gros fumeurs. En effet, l'addiction à la nicotine est très forte, et il faut souvent des moyens musclés afin d'en venir à bout. Mais à l'aide de traitements adaptés, combinés éventuellement aux médecines douces, et surtout au soutien de votre entourage, venir à bout de la cigarette devient possible !

Sources internet :