Comment reconnaitre une sciatique ou une hernie discale ?

par STEPHANE MILLET

À en croire les médecins généralistes, les sciatiques sont un mal bien répandus. Du fait, beaucoup ne manquent pas de feindre les symptômes bien connus des douleurs qu’elles entraînent. Mais quels sont ces symptômes ? Comment distinguer le bon comédien, du mauvais, du patient qui souffre réellement ?

De l’hernie discale à la sciatique en passant par la cruralgie, il n’y a qu’un nerf

Une hernie discale est une affection directe de la colonne vertébrale. Les vertèbres qui la composent sont séparées par un disque intervertébral au rôle bien précis et déterminant.

Ce dernier, composé majoritairement d’eau, fait en sorte que les vertèbres ne s’entrechoquent pas, ce qui pourrait déclencher une violente douleur par pincement des nerfs intervertébraux. Ce sont les petits nerfs situés entre les vertèbres issus de la moelle épinière, l’organe qui centralise tous les nerfs.

Il est important de distinguer l’hernie discale de cette douleur particulière. On parle d’hernie tout simplement lorsque le liquide compris dans le disque intervertébral (annulus nucleus), appelé nucleus, vient à saillir, ou jaillir du disque et se retrouve donc en liberté dans votre corps. La hernie peut entraîner le pincement du nerf intervertébral par aplatissement du disque intervertébral. Ce dernier, vidé du nucleus, ne peut plus jouer son rôle d’amortisseur entre les vertèbres d’où le fait que le nerf soit pincé.

Ces saillies sont minimes évidemment mais lorsque le nucleusentre en contact avec un le nerf sciatique, il déclenche une douleur particulière et éponyme qui va irradier la fesse et le derrière de la jambe. Au contraire, si le liquide intervertébral touche le nerf fémoral, il déclenche une cruralgie qui elle irradie le devant de la jambe, jusqu’au genou.

Les causes de l’hernie discale

Le rôle d’amortisseur que joue le coussinet intervertébral est primordial. Or le disque connaît avec l’âge une dégénérescence : il sèche et s’aplati peu à peu. Dès lors certains mouvements de la vie quotidienne peuvent devenir sources de douleurs intenses !

N’importe quel effort qui augmente la pression abdominale (toute pression entraînant une mini-tassement des vertèbres) comme un éternuement, la toux, etc., peut déclencher une hernie.

Entre 35 et 55 ans, la sciatique est particulièrement répandue. Certaines activités ne sont pratiquées de la bonne manière (ne pas fléchir les genoux pour soulever un objet lourd) et contrairement à une personne jeune ayant des disques intervertébraux impeccables, cela ne pardonne pas.

Comment reconnaître une sciatique ou une cruralgie ?
La sciatique et la cruralgie déclenchent de très fortes douleurs

La douleur est caractéristique. Elle entraîne une douleur aiguë, on se sent comme foudroyé(e) par une douleur violente qui descend depuis le bas du dos le plus souvent.

Une sensation désagréable et douloureuse de fourmillement et parfois même de paralysie se déclenche dans ces zones ce qui caractérise pleinement la sciatique (derrière de la jambe) ou la cruralgie (devant de la jambe).

Il est cependant important de noter que toutes les hernies discales ne sont pas douloureuses. Schématiquement, si le liquide qui s’extirpe de votre disque intervertébral ne rentre pas en contact avec le nerf intervertébral, la hernie passe inaperçue.

Difficile dans ces cas là de se rendre compte que l’on adopte des mauvaises attitudes. L’ « avantage » relatif d’une sciatique, c’est qu’elle permet de faire la lumière sur le fait que vous ne ménagez pas assez votre dos...

Contre la sciatique, prendre son mal en patiente ?

Une hernie, bien que douloureuse, se calme généralement d’elle même entre 4 semaines et 6 semaines après sa survenue. Votre médecin pourra vous prescrire des anti-inflammatoires classiques ou des antalgiques.

Dans le pire de cas, on pourra monter jusqu’à de la morphine. La meilleure chose à faire est donc d’attendre que cela passe. Les médicaments font leur effet certes mais après une sciatique, vous n’aurez certainement pas envie que cela recommence.

Pour éviter cette saillie douloureuse et la compression du nerf, il est possible de se faire opérer. De nouvelles techniques au laser permettent de soulager efficacement les nerfs comprimés à la suite d’hernie discale.

Implantation de prothèse si le disque intervertébral est défaillant

On peut ensuite par des instruments très fins décider de rétrécir le disque afin de soulager le nerf. L’autre intervention plus connue comme la discectomie d’une hernie est en réalité rarement nécessaire comme le confirme le Dr Jacques Allard interrogé par

Passeport Santé.

Il s’agit de retirer clairement le disque intervertébral et de le remplacer par une greffe osseuse afin de conserver la hauteur nécessaire entre les deux vertèbres.

Une autre méthode est l’arthroplastie avec prothèse qui consiste à remplacer directement le disque intervertébral par une prothèse qui joue le rôle de ressort.

En effet, mieux que la chirurgie, il faut impérativement entreprendre des démarches de prévention contre le mal de dos en général et prendre conscience du fonctionnement de son corps.

Si le mal de dos et les sciatiques sont très courantes, c’est souvent parce qu’on utilise mal son dos. La flexibilité apparente de ce dernier nous ferait presque oublier que la colonne vertébrale est un enchaînement d’os dont la bonne articulation tient à la bonne santé du disque intervertébral. Or cette dernière, dépend de notre bonne santé ! Alors il est conseillé de bien s’hydrater, de manger équilibré parce que le surpoids peut-être un facteur déclencheur de sciatique. Prenez soin de votre dos, il vous le rendra bien !

Sources internet :
Avec la collaboration de Nicolas Cardonne

Nicolas Cardonne Masseur Kinésithérapeute à Toulouse (31), au cabinet de kinésithérapie "Côté Kiné". Mon ambition est de mettre en place une approche kinésithérapique à la fois humaine et en continuelle formation.

Avec la collaboration de Thibault Biason

Thibault Biason Masseur Kinésithérapeute à Toulouse (31), au cabinet de kinésithérapie "Côté Kiné". Passionné de rugby, je travaille régulièrement dans le milieu sportif.