Dois-je m'inquiéter si mon dos est creusé ?

par STEPHANE MILLET

La colonne vertébrale est une partie du corps bien mystérieuse. Elle est la ligne directrice du corps, mais il n’est pas rare que sous des pressions diverses elle s’use, se torde, se déforme.

C’est alors tout la structure de l’être humain qui est remise en cause. Tel leColosse aux pieds d’argile, le rachis vertébral peut faillir dans son rôle de tuteur et se déformer.

Cyphose & lordose : accentuation des courbures naturelles
Structure vertébrale

Une colonne vertébrale saine possède 3 courbures qui lui permettent d’amortir les chocs. La colonne rentre au niveau du cou (lordose), ressort au niveau du dos (cyphose) pour rentrer de nouveau au niveau des lombaires (lordose). Ces inclinaisons rendent la colonne 10 fois plus solide que si elle était rectiligne !

Chez certaines personnes, il est possible de voir ces cyphoses et lordoses s'accentuer, s'exagerer. Elles deviennent alors pathologiques. Notre corps est adapté à une colonne courbée « normalement ». Toute transformation de cet état entraîne donc un déséquilibre mécanique. Les ligaments, les muscles et les os doivent compenser ce changement. Mais à partir de quel niveau d’accentuation devez-vous vous inquiéter ? Pour le savoir, il faudra que vous passiez une radio afin de calculer l’angle de Cobb de votre colonne.

Ce problème se développe évidemment progressivement. On voit généralement les premiers signes apparaître au début de l’âge adulte et s’aggraver peu à peu. 80% de ces modifications osseuses touchent les garçons dont l’affection s’aggrave avec l’âge.

Dès que la colonne est touchée, des douleurs vont apparaître parce que les disques intervertébraux vont en pâtir. Eux aussi s’abîment plus vite et ne jouent plus ainsi leur rôle indispensable d’amortisseur entre les vertèbres. C’est pourquoi ce sont les contractions nerveuses qui pourront faire souffrir les victimes de lordose comme de cyphose.

De façon générale, une douleur déformante comme celle-ci est une gêne au quotidien. Sans dire que l’activité physique est empêchée (on peut pratiquer du sport ! ), il faut faire extrêmement attention aux charges que l’on va soulever et à l’ensemble de ses efforts.

Une des formes de cette mauvaise synchronisation des processus de croissance des os (ossification) est connue sous le nom de maladie de Scheuermann(cyphose). Cette maladie douloureuse qui apparaît lors de la croissance serait héréditaire à en croire certaines études.

D’où l’importance d’être très attentif lors de la croissance de vos enfants si un cas s’est déjà présenté dans la famille.

Les risques de compensation « naturelle »

Face à de telles déformations, il faut faire attention aux éventuelles douleurs ou déformations que la cyphose ou la lordose pourraient entraîner.

Ainsi dans le cas d’une lordose trop prononcée, les muscles fléchisseurs de la hanche et du bas du dos deviennent tendus et courts (les vertèbres sacréesau niveau du coccyxet des lombaires se sont rapprochées) alors que les muscles fessiers et les abdominaux se relâchent et s’affaiblissent.

Pour mieux comprendre, vous pouvez vous tenir debout et essayer de vous cambrer en arrière tout en gardant les épaules dans le prolongement du dos (seules les lombaires sont affectées). La distance entre vos lombaires et votre fessier est bien plus courte.

Lordose cervicale hyperprononcée

De même, dans le cas d’une cyphose, la tête aurait tendance à être penchée vers le sol si elle restait dans la lignée de vos vertèbres dorsales. Nous nous entendrons sur le fait qu’il n’est pas facile de vivre avec une vision qui scrute le sol n’est ce pas ? Il est donc nécessaire de relever la tête et par conséquent d’aller à l’encontre de la forme naturelle de vos cervicales...

Ces déformations initiales du dos créent par conséquent des tensions musculaires importantes qui peuvent rapidement s’avérer douloureuses et se propager au reste de la structure vertébrale. La pratique sportive n’est pas déconseillée pour autant, au contraire.

Les sports doux seront évidemment à privilégier en les accompagnant d’une très bonne préparation physique (assouplissement, étirements) avant et après l’effort. Il est en effet primordial de pallier les déficiences musculaires qui peuvent apparaître lorsque sa mobilité est réduite en pratiquant du sport.

D’où l’importance d’entreprendre un suivi sportif adéquat, chez un kinésithérapeute notamment, pour harmoniser sa masse musculaire et également détendre les muscles soumis à une pression inappropriée.

Le port du corset, une solution appropriée ?

Le corset orthopédique est une méthode ancienne qui a fait ses preuves. Le principe est simple, il s’agit d’arriver à repérer à temps une déformation de la colonne vertébrale dans n’importe quel axe et de tenter de la limiter grâce au corset.

Si son effet peut être réel chez le jeune en pleine croissance, son action réparatrice sera moins efficace chez les adultes.

Fabriqués sur mesure, ces corsets permettent de redonner une ligne directrice à la colonne vertébrale, comme un tuteur pour un arbre. Une étude française arrive à la conclusion que chez les jeunes souffrant de cyphose et à qui on prescrit un corset ou un plâtre, les effets sur 2 ans sont 31% plus efficaces, 10% pour les lordoses comparé aux autres méthodes.

En définitive, il est généralement possible de vivre avec une lordose ou une cyphose (même douloureuse) et surtout de contrôler ces deux déformations du dos en faisant attention à ses postures voire en ayant recours au corset.

La chirurgie peut-être une solution dans certains cas extrêmes comme l’hypercyphose essentielle de Stagnara mais elle reste de l’ordre de la pathologie rare. L’opération est exceptionnelle et peut consister en la soudure de deux vertèbres pour ne plus qu’elles s’entrechoquent.

Sources internet :
Avec la collaboration de Nicolas Cardonne

Nicolas Cardonne Masseur Kinésithérapeute à Toulouse (31), au cabinet de kinésithérapie "Côté Kiné". Mon ambition est de mettre en place une approche kinésithérapique à la fois humaine et en continuelle formation.

Avec la collaboration de Thibault Biason

Thibault Biason Masseur Kinésithérapeute à Toulouse (31), au cabinet de kinésithérapie "Côté Kiné". Passionné de rugby, je travaille régulièrement dans le milieu sportif.