Cellulite : pourquoi les femmes sont-elles plus touchées ?

par STEPHANE MILLET

Des statistiques sans appel

Force est de constater que les statistiques sont formelles : les femmes sont, dans leur immense majorité, touchées par la cellulite, quand le phénomène demeure très marginal au sein de la population masculine. Les estimations évoquent ainsi le chiffre affolant de 90 % de femmes atteintes, à des degrés divers, par le « fléau », pour 2% seulement des hommes.

L'apparition de cellulite peut effectivement être favorisée par des facteurs hormonaux. Revenons sur ses « mécanismes » de formation. La cellulite est formée par des cellules graisseuses accumulées dans le tissu hypodermique (sous la peau), entourées de rétentions d'eau (au niveau du derme et de l'hypoderme). Lorsque le volume de ces cellules graisseuses augmente, leur enveloppe se déforme et tire sur leur point d'attache situé juste sous la peau. C'est ce qui crée l'aspect "peau d'orange". La formation de petits amas graisseux freine ensuite la circulation sanguine, ainsi que l'élimination des toxines ... créant un mini-embouteillage dans les chemins métaboliques.

Pourquoi les femmes sont-elles plus touchées que les hommes ?

En clair, les femmes ont un terrain plus favorable en raison de l’intensité de l’influence hormonale sur leurs corps (durant les grossesses, menstruation…) mais aussi du fait de la finesse de leur peau, de la taille des lobules graisseux et de la disposition des fameux adipocytes au niveau du ventre, de la taille, des hanches, des cuisses et des fesses.

De fait, lorsque le volume des cellules graisseuses augmente, la structure du tissu adipeux sous-cutané ne réagit pas de la même manière chez les hommes et chez les femmes. Chez les femmes, l'hypoderme est séparé verticalement par une cloison cellulaire (un réseau de petits compartiments séparés par des fibres conjonctives, semblable à un filet). Cette cloison est tirée vers le bas, et les cellules graisseuses sous-cutanées sont poussées vers le haut, engoncées dans de petits renflements, ce qui donne à l'épiderme cet aspect bosselé caractéristique, dit "en capitons". Chez les hommes, les compartiments adipeux sont séparés par des fibres obliques. D'où l'absence de déformation lorsque la couche adipeuse sous-cutanée augmente.

L'hypoderme féminin est constitué de petits replis séparés par des cloisons parallèles. Sous l'accumulation de graisse et d'eau les parois sont compressées : la cellule se déforme, et la microcirculation devient difficile. Comme les parois sont reliées au derme, elles tirent sur la surface de la peau quand les cellules graisseuses s'étendent en profondeur vers le derme. Avec le temps, la situation empire, les fibres conjonctives qui forment les cloisons deviennent rigides, et emprisonnent définitivement les lipides et l'eau accumulés.

Des périodes critiques

Ces mécanismes s’activent avec plus d’intensité durant les périodes de forte fluctuation hormonale. La cellulite se développe ainsi particulièrement durant les périodes de la puberté, de la grossesse, de la ménopause, des cycles menstruels et dans les premiers mois de prise de la pilule. C’est l’impact des œstrogènesqui va entraîner les rétentions d’eau et problèmes de circulation et d’oxygénation du sang mis en cause.En parallèle, la tendance des graisses à être moins consommées par l’effort physique impacte dans l’apparition de la cellulite.

Comment s'en débarrasser ?

Peu de personnes comprennent que ni l'exercice physique, ni le plus strict des régimes ne peuvent faire disparaître la cellulite. Pour l'éliminer, il faut stimuler le tissu adipeux, dont l'activation biologique peut être déclenchée par le massage ou certains appareils mécaniques. Ces procédés relâchent la pression exercée à la surface de la peau, puis agissent en profondeur. Ils assouplissent les tissus conjonctifs qui enferment les cellules graisseuses, et rétablissent l'irrigation sanguine et lymphatique. Le processus d'élimination des graisses (lipolyse) reprend son cours et les amas graisseux à l'origine des imperfections de la peau disparaissent naturellement. Pour une vision pratique des nombreuses solutions existant pour combattre, et vaincre et vaincre la cellulite, il convient d’avoir recours à des professionnels de la santé qui ont l’habitude de traiter ce genre de troubles. Les coachs sportif, diététiciens, dermatologues, kinésithérapeutes, et autres chirurgiens pourront donc vous aider à vous débarrasser de votre peau d’orange mesdames.

Sources internet :
Avec la collaboration de Dr Catherine Gaucher

Dr Catherine Gaucher Le Docteur Gaucher est diplômée de Médecine, spécialisée dans la dermatologie et l'homéopathie. Après avoir fait ses études à Montpellier, son métier et ses compétences l'ont amenée à beaucoup voyager. De ce fait elle exerça un peu partout dans le monde, notamment au Pérou où elle mena un projet de recherche sur l'homéopathie en observant des malades atteints du choléra. Elle est aussi la fondatrice de Homéopathes Sans Frontières et son cabinet se trouve à Paris.